Comment développer sa liberté intérieure ?

 

« Être libre, c’est faire ce que l’on veut ! » De prime à bord on croit que la liberté c’est quelque chose d’aussi facile à obtenir. On croit qu’on peut jouir de sa liberté sans limite. Alors que dans le simple fait de dire qu’on est libre de faire tel ou tel chose… on peut avoir été affecté par une chaîne d’influence dont on ne connaît même pas la source.

Suite à cela, on peut se demander quelle liberté est pleinement la nôtre, à quelle liberté nous adhérons, quelle liberté nous endossons et dans laquelle nous pouvons nous reconnaître.

Pour cela il faudrait commencer par faire le tri entre nos désirs profonds et nos désirs superficiels. Jouir de sa liberté intérieure, c’est être libre et autonome. C’est faire dialoguer l’ensemble de nos dispositions et valeurs sans privilégier la raison ou les sentiments. 

Ça c’est ce qui se dit/fait de manière générale. Pour la femme c’est encore plus complexe parce que depuis des lustres, elles luttent pour leur liberté. L’acquisition des libertés sexuelles, économiques et professionnelles n’a pas été chose facile. Et de nos jours les femmes ne cessent de se battre pour continuer d’arracher certaines libertés qui leurs sont encore privées.

La liberté intérieure orientée femmes peut encore gagner du terrain, il faut juste que les femmes se prennent en main. Et dans cet article, je vous donnerais les éléments pour y arriver.

Liberté intérieure – qu’est-ce que c’est vraiment ? 

Quand on parle de liberté intérieure, tant de questions se posent :

Est-ce que la liberté est un pouvoir neutre ? Une capacité qui ne peut être différencié d’un choix ou d’une action ? Est-ce qu’un individu peut exercer sa liberté sans être en conflit avec lui-même ? Est-ce que la volonté et la décision prise émanent entièrement de lui ? 

Avec tout ça, difficile de cerner clairement le concept de liberté intérieure… 

Pour vous faire une juste illustration, comprenez que les évènements extérieurs nous limitent. Nous sommes physiquement réduits aux lois de la nature qui bride véritablement notre liberté. Impossible alors d’atteindre la véritable liberté au travers de nos aptitudes physiques : nous sommes esclaves des lois de la physique

Plus loin, on pourrait même penser que la liberté intérieure s’assimilerait à la capacité libre de faire ou dire ce que l’on veut quand on le veut. Mais là encore, on n’est pas libre. On est plutôt esclave de nos désirs.

La liberté intérieure pousse la chose plus loin. Elle touche de l’esprit et s’articule autour de ce dernier. Notre esprit façonne notre réalité en tout point. En réalité, tout ce qui nous arrive passe par le prisme de notre esprit.

Les circonstances auxquelles nous sommes exposées, sont perçues et analysées d’une façon particulière selon qu’on ait un esprit optimiste ou pessimiste. Qu’on le veuille ou non, notre esprit a la capacité d’interpréter les évènements en quelque chose de constructif ou de potentiellement destructeur.

La liberté intérieure repose donc dans le contrôle de l’interprétation des évènements que l’on vit au quotidien par l’esprit. La maîtrise de notre esprit, de nos pensées – et donc des actions que ces dernières nous poussent à poser – constitue la véritable liberté intérieure !

Et pour la vivre, il y a des éléments à surveiller. 

Comment vivre sa liberté intérieure ?

Pour une liberté intérieure saine, il faut prendre la peine de contrôler ses pensées, de bien les rationaliser. Ceci pour que notre liberté ne devienne pas un obstacle à la liberté fondamentale de notre prochain.

De nos jours, les prisons se multiplient et se juxtaposent, effaçant peu à peu toute joie de vivre. En revanche, un seul espace de liberté intérieure suffit pour embrasser la dimension toute entière de l’esprit. Un espace vaste, lucide et serein, qui dissout tout tourment et nourrit toute paix.

La liberté intérieure, c’est d’abord la libération de l’absolutisme du « moi » et du « mien », de l’« être » asservi et de l’« avoir » envahissant. De cet ego qui entre en conflit avec ce qui lui déplaît et tente désespérément de s’approprier ce qu’il convoite. Pour jouir de sa liberté intérieure il faut savoir trouver l’essentiel et ne plus s’inquiéter de ce qui est secondaire.

Très souvent, cela entraîne un profond sentiment de contentement sur lequel les fantaisies du « moi » n’ont aucune prise. Comme le dit le proverbe tibétain : « Celui qui éprouve un tel contentement, tient un trésor au creux de sa main. »

Être libre revient donc à se libérer de la contrainte des afflictions qui dominent l’esprit et l’obscurcissent. C’est prendre sa vie en main, au lieu de l’abandonner aux tendances forgées par l’habitude et à la confusion mentale. 

De quoi ont besoin les femmes pour jouir d’une plus grande liberté intérieure ? 

Les femmes sont constamment en train de se battre dans une société machiste pour leur liberté fondamentale (et donc leur liberté intérieure). Avec l’évolution des mentalités, les femmes ont eu droit à beaucoup plus de liberté que par le passé. Seulement, trouver sa liberté intérieure ne dépendra pas des luttes. Ça se passe dans une profonde découverte de soi. 

Pour trouver sa liberté intérieure, il faut faire ces 4 choses essentielles :

La première chose à faire c’est la méditation. Pour méditer, il faut cesser toute activité pour se recentrer sur soi-même. « Observer ce que nous sommes en train de vivre ». Le but est de mieux comprendre nos émotions et les « impulsions qui siègent en nous ».

Ensuite il faut se tourner vers les autres. Pour mieux vivre sa liberté, il faut aller vers les autres et faire preuve d’altruisme. Ça crée du lien social, c’est pourquoi il faut veiller à être avec les autres et non « à côté des autres » pour créer une vraie communion. Le dialogue, l’écoute et l’échange sont très importants.

Troisièmement il faut impérativement « prendre des bains de nature ». Se reconnecter à la nature, c’est aussi se reconnecter à l’essentiel, avec nous-mêmes. Ce bain aura pour effet d’accroître votre sérénité, votre discernement et votre bien-être. En effet, pour être libre intérieurement, il ne faut pas être dans le stress, l’angoisse et dans l’aveuglement. 

Et enfin il faut défendre vos valeurs. C’est l’étape la plus importante même. C’est là où beaucoup de femmes échouent souvent et retrouvent coincé dans une société où elles doivent suivre et faire tout ce que les hommes leurs dictent. Les obligations quotidiennes ne doivent pas obscurcir ce à quoi on aspire réellement. Chaque femme a en elle des « valeurs d’humanité, de partage, de convivialité ».

La femme doit prendre conscience de ce qu’elle s’interdit de vivre. Puis elle doit apprendre à écouter ses désirs et comprendre pourquoi elle ne lui donne pas libre court. De toute évidence, il y a toujours un autre désir qui vient empêcher la réalisation de son propre désir. Il faut comprendre d’où viennent ses empêchements, ses malaises, pour les identifier. 

La femme doit aussi être à l’écoute de son corps et des attentes de ce corps. On vit dans une société donc il faut écouter les autres ; mais ne surtout abandonner nos désirs pour les leurs. Il faut savoir dire non et faire passer en premier ses propres désirs. Mesdames, je suis là pour vous aider dans votre développement personnel. Alors prenez rendez-vous avec moi pour redécouvrir votre monde intérieure.